fbpx

Études de kinésithérapie : Une formation coûteuse à lʼavenir incertain !

À Paris, le vendredi 02 novembre 2012
Communiqué de presse
Études de kinésithérapie :
Une formation coûteuse à lʼavenir incertain !
Depuis décembre 2006, lʼensemble des acteurs du monde de la kinésithérapie travaille sur le projet de réforme des études qui doit entrer en application pour la rentrée 2013. Le ralentissement soudain du calendrier et les discours inquiétants du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé ont provoqué une révolte chez les étudiants qui se
mobiliseront mardi 6 novembre 2012 à Paris.
La Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie (FNEK), adhérente à la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE) défend fermement ses positions et sʼappuie sur son dossier “coût des études 2012” pour faire le constat suivant : les étudiants en kinésithérapie, de par leurs frais dʼinscriptions exorbitants et
lʼhétérogénéité dʼaccès à la formation, ne sont pas reconnus comme de véritables
étudiants de lʼenseignement supérieur.
Le dossier “coût des études 2012” permet de mettre en évidence des disparités importantes dans les frais dʼinscriptions en fonction des différents Instituts de Formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK). Alors que les frais de scolarité sont en moyenne de …. € (+ … % par rapport à lʼan dernier), certains instituts dispensent des formations pour seulement 181
€ (tarifs universitaires), tandis que dʼautres étudiants doivent débourser jusquʼà 8 850 € ! Il est bon de rappeler que les frais de scolarité ne justifient en rien lʼexcellence dʼune formation.
Dans un contexte budgétaire de restriction, certains étudiants doivent, pour financer leurs études, recourir à des prêts étudiants. Ce paramètre dévoile une réalité encore plus frappante : la distinction entre les instituts privés à but lucratif et les instituts publics.
Les étudiants inscrits dans un institut public ont contracté un prêt de 8 570 € en moyenne, alors que ceux en institut privé lucratif lʼont fait à hauteur de 23 842 € ! La proportion dʼétudiants contractant un prêt selon le statut permet de rendre la statistique encore plus effective : 34 % pour les instituts privés lucratifs contre 9 % pour les instituts publics.
Pour réduire ces inégalités, la FNEK demande un meilleur investissement de lʼEtat dans la formation, en prenant en charge les études de kinésithérapie, et un guichet unique pour tous les étudiants: le CROUS. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et oeuvrer pour améliorer lʼefficacité du système de soins français.

kiné formations Études de kinésithérapie : Une formation coûteuse à lʼavenir incertain !

Panier

Recevez gratuitement votre vidéo Formation

A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

You have Successfully Subscribed!

Défiler vers le haut