fbpx

Pré requis à la formation en kinésithérapie viscérale. Formation gratuite

Pré requis à la formation en kinésithérapie viscérale.

Physiologie DigestiveLa digestion débute dés l’instant où les aliments pénètrent dans la cavité buccale. Ils vont donc subir des transformations progressives qui ont pour but de les réduire en substance absorbables et utilisables (les nutriments). Ces transformations sont de deux ordres:
Mécaniques par une action de broyage et de brassage.
Chimique par l’utilisation des enzymes digestives.
Les nutriments obtenus vont traverser la paroi du tube digestif pour passer dans le sang ou la lymphe et vont être acheminés vers le foie puis vers les cellules selon les besoins.

La bouche, la langue et les dents.
Une action mécanique.
La mastication consiste à broyer et inhiber de salive les aliments pour obtenir le bol alimentaire.
Une action chimique.
Elle est liée à la production de salive.
Les dents.
Le rôle des dents est de permettre l’imprégnation de salive en réduisant le volume des aliments ingérés.
La langue.
Elle a un rôle important dans le brassage alimentaire.
Elle joue un rôle dans le goût grâce aux papilles gustatives (salé, sucré, acide, amer).
Les glandes salivaires.
F Les canaux excréteurs permettent d’avoir de la salive dans la cavité buccale.
F La salive.
– Liquide incolore composé: D’eau.D’électrolytes.De sels minéraux.De substances organiques (urée, créatinine, mucine). D’une enzyme digestive (amylase salivaire ou ptyaline).
La production de salive est stimulée par les odeurs, la vue, la pensée et le goût.
Elle est sous la dépendance du système nerveux autonome, c’est-à-dire que c’est le système nerveux parasympathique qui va augmenter la sécrétion de salive. La salive est sécrétée en permanence (800 ml par jour).
Le rôle de la salive.
Il y a un rôle mécanique, car elle ramollit et lubrifie le bol alimentaire.
IL y a un rôle chimique, car à l’aide de l’amylase salivaire, elle va dégrader les glucides pour les transformer en maltose.

C’est le temps de transition qui est lié à la déglutition.
La déglutition est assurée par l’ensemble des mouvements qui vont s’opérer au niveau de la langue, du pharynx et du œsophage pour faire passer le bol alimentaire de la cavité buccale à l’estomac.
C’est un phénomène réflexe déclenché par le contact des aliments dans l’arrière-gorge.
Le temps pharyngien est caractérisé par la fermeture des voies aériennes (élévation du palais (fosses nasales) et abaissement de l’épiglotte (au niveau du pharynx)

C’est le temps qui permet la progression du bol alimentaire par des mouvements péristaltiques.

Phénomènes mécaniques.
Arrivés dans l’estomac, les aliments vont s’accumuler dans le corps et l’antre où grâce aux mouvements de l’estomac, ils vont être dirigés vers le pylor qui ne s’ouvrira que lorsque le contenu gastrique aura atteint un degré d’acidité suffisant.
Pendant cette période d’attente, ils vont être brassés et imprégnés par les sucs gastriques (durée: 6 heures).
Les mouvements de l’estomac sont soumis à l’action du système nerveux parasympathique qui va augmenter la contractilité et la motricité. Le système nerveux sympathique fera l’inverse.
Phénomènes chimiques.
Ils sont liés à la composition du suc gastrique qui est lui-même le résultat des sécrétions au niveau de l’estomac.
Le suc gastrique.
C’est un liquide incolore (1.500 cc/j) qui contient:
De l’acide chlorhydrique (Hcl) qui va lui conférer son acidité (ph: 1).
Du mucus dont le rôle est de protéger la muqueuse gastrique contre l’acidité de ses propres ferments et de l’acide chlorhydrique.
Des enzymes protéolytiques qui dégradent les protéines (pepsinogène).
Un facteur intrinsèque nécessaire à l’absorption de la vitamine B12.
Action du suc gastrique.
Acide chlorhydrique:
Il détruit les microbes et empêche la prolifération de ces derniers dans l’estomac (sauf le bacille de Koch).
Il transforme le pepsinogène inactif en pepsinogène actif.
Il déclenche aussi le fonctionnement du pylore.
Il stimule la sécrétion du pancréas.
Pepsinogène.
Grâce à l’acide chlorhydrique, il va être transformé en pepsine qui va pouvoir transformer les protéines en plus petites molécules (polypepsides).
Facteur intrinsèque.
Action antihistaminique, c’est-à-dire que le facteur intrinsèque va se combiner avec la vitamine B12 ce qui va permettre à celle-ci d’être absorbée par l’intestin grêle.
Temps de vidange de l’estomac.
Le séjour des aliments est variable. Les liquides sont évacués en premier.
La mixture qui sort de l’estomac s’appelle le chyme.

Phénomène chimique.
Diminuer l’acidité du chyme.
Permettre la digestion des substances contenues dans le chyme par la bile, le suc pancréatique et les enzymes afin de les transformer en nutriments assimilables

Fonction de l’intestin.
Il assure la phase ultime de dégradation des aliments ingérés.
Il assure l’absorption des produits de la digestion.
Il assure par son activité motrice la progression du bol alimentaire.
Il contient un grand nombre de microbes qui jouent un rôle dans la dégradation des aliments.
Il assure une fonction immunitaire sous forme de barrière aux germes introduits par voie alimentaire.
Il y a une fonction hormonale avec une action sur le tube digestif grâce à la sécrétion de sécrétine et de cholecystokinine.
L’action hormonale a une action générale avec la sérotinine.
Phénomènes mécaniques au niveau de l’intestin.
Trois types de mouvements.
Les contractions segmentaires ont pour but de fragmenter le chyme.
Les mouvements pendulaires mélangent le chyme et les sucs intestinaux.
Les mouvements péristaltiques vont assurer la progression du chyme.
Phénomènes chimiques au niveau de l’intestin.
Les enzymes.
Les enzymes protéolytiques.
Les enzymes intestinaux vont contribuer à dégrader les protéines pour obtenir des acides aminés et ceci sous l’effet des pepsidases.
Les enzymes glycolytiques.
Il y a une action sur les sucres (disaccharides) qui vont être transformés en sucre simple sous l’influence de la maltase qui va transformer le maltose en sucre.
La sucrase va transformer le saccharose en glucose et en fructose.
La lactase qui va transformer le lactose en glucose et en galactose.
Certains glucides ne sont pas transformés (la cellulose), ni absorbés, ni digérés pour obtenir des fibres alimentaires qui sont les composantes alimentaires des matières fécales.
Les enzymes lipolytiques (lipase intestinale).
La lipase va décomposer les lipides en glycérol et acides gras.
Les différents aliments ingérés et transformés sous des formes simples, il va y avoir une absorption par l’intestin des produits de la digestion.
La voie sanguine.
Elle est empruntée par les sucres simples et les acides aminés (les veines de l’intestin, la veine porte, le foie qui va les stocker ou les transformer).
La voie lymphatique.
Elle intéresse les lipides (sous forme d’acides gras) qui vont gagner le réseau lymphatique intestinal puis le canal thoracique pour arriver au système cave.

La bile.
Elle a un aspect visqueux, jaune d’or (800 ml par jour).
Le ph est alcalin (7,6 à 8,6).
Il contient:
95% d’eau.
Du mucus.
Des sels minéraux.
Du cholestérol.
Des sels biliaires en très grand nombre (fabriqués par les hépatocytes à partir du cholestérol). Ils agissent sur les lipides.
Pigment biliaire (bilirubine: produit de dégradation des globules rouges).
Des enzymes et des hormones.
Action.
Elle agit essentiellement sur les graisses. Elle va les fractionner, les émulsionner et les transformer en micelles ce qui va permettre leur absorption au niveau intestinal.
Elle agit sur l’élimination des déchets de l’hémoglobine.
Elle va permettre l’élimination de substances étrangères.
Les sels biliaires de la bile sont déversés dans l’intestin puis réabsorbés par ce dernier pour retourner au foie (cycle entéro-hépathique). Ils ont une action sur la sécrétion biliaire qu’ils vont activer.

Action du foie.
Rôle dans le mécanisme des glucides.
Il a une action glycogénique. Il va stocker les glucides de l’alimentation sous forme de glycogène et les libérer dans l’organisme selon les besoins du moment.
Le stockage et la libération des glucides par le foie sont régulés de façon à maintenir un taux constant de la glycémie.
Il peut aussi synthétiser du glycogène à partir des acides gras (néoglycogènèse).
Rôle dans le mécanisme des lipides.
© Il intervient dans la synthèse des acides gras, des triglycérides, des lipoprotéines, du cholestérol, des phospholipides.
Les acides gras sont stockés dans le tissu adipeux.
Rôle dans le mécanisme des protides.
Il fabrique les protéines plasmatiques (albumine, des facteurs de la coagulation (besoin de vitamines k)).
Il élimine les déchets protéiques (uréogènèse).
L’ammoniaque produit sert à la fabrication de l’urée par le foie pour être ensuite éliminé par les urines.
Stockage du fer.
Le fer sert à la fabrication des globules rouges.
Le foie a un rôle dans la synthèse d’enzymes qui sont nécessaires au métabolisme du corps humain.
Il a un rôle dans la fonction d’épuration plasmatique. Il va épurer le plasma de la bilirubine et les substances étrangères (médicaments, colorants).

Le suc pancréatique.
2 litres par jour.
C’est un liquide clair, visqueux au ph alcalin (ph: 8).
Il est composé: D’eau. D’électrolytes. De bicarbonates. D’enzymes.
Les bicarbonates diminuent l’acidité du chyme qui sort de l’estomac.
Les enzymes digestifs ont un rôle sur les gros fragments des protéines, des glucides et des lipides.
Enzyme pancréatique protéolytique.
Trypsine, chymotrypsine.
Inactives au sein du pancréas. On les appelle trypsinogènes et chymotrypsinogène.
Elles vont devenir actives grâce à un autre enzyme (entérokinase).
Enzyme pancréatique glycolytique.
Amylase qui va scinder l’amidon et le glycogène pour aboutir à la libération de maltose. La maltase va décomposer le maltose en sucre simple.
Enzyme pancréatique lipolytique.
La lipase dégrade le triglycéride en acides gras libres.
La sécrétion de suc pancréatique est déclenchée par l’arrivée du chyme acide dans le duodénum selon deux mécanismes.
Un mécanisme nerveux: le pneumogastrique.
Un mécanisme hormonal: il permet de réguler la sécrétion du suc pancréatique.
Sécrétine donne de l’eau et des électrolytes.
Cholecystokinine pancréozymine va déclencher la sécrétion d’un suc pancréatique riche en enzymes.

Il concerne le gros intestin.
C’est là où se passe la réabsorption de l’eau ainsi que des électrolytes.
C’est le lieu où se passe le transit intestinal qui correspond à la progression des aliments depuis leur absorption jusqu’à leur expulsion de l’organisme.
Les phénomènes du transit intestinal.
Evacuation des gaz intestinaux, résultantes des divers métabolismes et de l’action des microbes intestinaux.
Emission de selles (une selle par jour). Leur hydratation conditionne leur aspect.
La défécation correspond à un phénomène réflexe.
Une impulsion sensitive liée à la distension de l’ampoule rectale.
La continence volontaire du sphincter qui dépend du système cérébro-spinal.

Panier

Recevez gratuitement votre vidéo Formation

A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

You have Successfully Subscribed!

Défiler vers le haut