fbpx

Par ces fortes chaleurs, on peut se demander si la transpiration est bien utile, s’il faut lutter contre, et comment faire pour limiter les odeurs. Vous allez découvrir pourquoi il est nécessaire de transpirer et ce que contient ce liquide corporel. Pourquoi il peut sentir mauvais mais pas partout dans le corps.

Tout d’abord, la transpiration est le seul mécanisme régulateur de la température corporelle lorsque le thermomètre monte. Il s’agit donc d’un mécanisme indispensable qu’il vaut mieux comprendre qu’empêcher.

Comment cela fonctionne la transpiration comme équilibrant de la température corporelle ?

Sauf en cas de défense, la température du corps doit rester à environ 37°. Si l’activité physique et/ou la température extérieure augmente, il va falloir utiliser l’énergie calorique du corps pour stabiliser la température. Le corps va donc transpirer : il va utiliser sa propre chaleur pour évaporer de l’eau se trouvant dans le corps. Cette énergie consommée pour évaporer l’eau va diminuer sa propre température qui était en train de monter.
La transpiration spontanée (sans effort particulier) est d’environ 0,5 litre par jour.
Vous pouvez éliminer ainsi entre 1 et 3 litres (selon les auteurs) d’eau par heure lors d’un effort intense sous le soleil. Ce qui équivaut à une perte de 1000 Kcal / heure pour équilibrer notre température corporelle avec l’extérieur et notre activité physique.

Composition de la sueur :

Majoritairement de l’eau ; 99%
Des sels minéraux : chlorure de sodium, zinc, cuivre, fer
De l’urée
De l’acide urique
De la vitamine C
De l’acide lactique (qui attire les moustiques)
De l’ammoniac

La sueur à un pH entre 4 et 6 en foncion de la teneur de chacun de ces éléments.

D’où vient l’odeur de la transpiration ?

La peau possède différentes glandes, dont les glandes sudoripares et les glandes sébacées. Parmi les glandes sudoripares, il y a deux grandes familles : les glandes seccrines et les glandes apocrines.

Les glandes seccrines sont réparties sur l’ensemble du corps et sont au nombre de 3 millions. Elles ont la responsabilité de la régulation thermique et déclenchent donc une transpiration homogène sur le corps. Leur sécrétion est à peu près inodore.
Ces glandes sont innervées par des fibres cholinergiques véhiculées par des nerfs du système orthopédique-sympahtique.

Les glandes apocrines quant à elles se répartissent dans les zones suivantes : les aisselles, les paupières, le pubis, les parties génitales et la région mammaire. Elles sont stimulées par le stress, les émotions fortes et l’excitation sexuelle.
Leur sécrétion est quelque peu différente et contient entre autre des protéines qui inter-agissent avec les bactéries cutanées se trouvant dans ces zones. C’est cette inter-action avec des bactéries qui déclenche les odeurs de transpiration. Bien sûr, les odeurs sont aussi dépendantes de l’alimentation et donc des excrétions cutané visant à éliminer les déchets métaboliques de la sueur.
Ces glandes apocrines sécrètent également des phéromones.
Leur sécrétion est dépendante des fibres adrénergiques.

 

L’odeur de la transpiration et l’alimentation :

Du fait que la peau est un organe d’élimination par ses différentes glandes, l’alimentation conditionne les odeurs corporelles. Ainsi il a été montré que les végétariens sentent meilleurs que les mangeurs de viandes et de graisses.
En effet, les odeurs corporelles sont liées à nos bactéries. Où se trouve la source nos propres bactéries ? Dans notre intestin. Donc une alimentation plutôt végétarienne va générer une flore physiologique à la fois intestinale et cutanée. Ainsi, l’odeur de la transpiration s’en trouvera plus légère.
Voir les études :
https://academic.oup.com/chemse/article/31/8/747/364338
https://www.ehbonline.org/article/S1090-5138(16)30193-3/fulltext

Solutions déodorantes naturelles et durables :

Puisque les odeurs viennent des bactéries cutanées qui sont le reflet de notre flore intestinale, il faut donc assainir notre intestin. Quelles sont les solutions naturelles ?
– Avoir une alimentation au 3/4 végétale
– Consommer de la chlorophylle
– Améliorer son microbiote intestinale par la consommation de pro biotiques

 

Rôle négatif des déodorants sur la flore microbienne :

Il a été démontré que l’utilisation régulière d’anti-transpirants modifie la flore microbienne cutanée et aggrave les odeurs des régions concernées.
Cette étude montre également que la modification de la flore cutanée peut également modifier la flore intestinale.
Il est donc préférable de modifier sont alimentation !

https://peerj.com/articles/1605/

Pour en savoir plus
https://elifesciences.org/articles/34995

 

Thierry BLAIN

Panier

Recevez gratuitement votre vidéo Formation

A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

You have Successfully Subscribed!

Défiler vers le haut