fbpx
Comment s’épanouir dans la profession de masseur-kinésithérapeute ?

Comment s’épanouir dans la profession de masseur-kinésithérapeute ?

Par Thierry BLAIN

Kinésithérapeute : épreuve ou épanouissement ? 

Je considère que notre métier est l’un des plus beau rôle que nous puissions avoir au sein de la société actuelle. Il est à la fois médical, social, humain, dynamique, très varié avec de multiples possibilités d’exercices (libéral, salariat, mixte, sport…)

Toutefois, je peux aussi comprendre que selon les conditions d’exercice, il puisse se transformer en épreuve.

Thierry Blain Kiné viscérale niveau 1, niveau 2 et niveau 3

Depuis 2002, j’ai l’honneur d’animer et dispenser des formations pour les kinésithérapeutes et les ostéopathes au sein de Kiné Formations, mais aussi en collaboration avec d’autres organismes de formation continue. 

Je côtoie donc personnellement chaque années environ 750 collègues avec lesquels j’échange avec grand plaisir. C’est une source infinie d’inspiration que de pouvoir dialoguer sincèrement avec des confrères. 

Parmi les participants à ces formations, certains.es sont totalement épanouis.es, d’autres totalement blasés.es, d’autre encore se cherchent et certains.es aimeraient trouver une solution pour travailler dans de meilleures conditions.

Certains.es de nos confrères et consœurs envisagent même de quitter la profession. D’autres l’ont déjà abandonnée. 

Toutes ces situations existent réellement et sont compréhensibles. 

J’aimerais partager avec vous des idées pour que ce métier si passionnant puisse le rester pour nous, mais aussi tenter d’apporter des solutions aux collègues qui désespèrent et sont quelque peu dépités.es face à la récente revalorisation des actes. 

Généralement, les plaintes ne portent pas sur le métier en luimême mais sur les conditions d’exercice

Il est aussi possible d’avoir fait fausse route pendant sa jeunesse et de s’être trompé de voie. Dans ce cas, une reconversion est toujours possible. D’autant que nos compétences ne sont jamais perdues et s’avèreront utiles dans d’autres professions, probablement plus commerciales. En effet, si notre objectif est de gagner beaucoup d’argent, alors il vaut mieux se rediriger vers la finance, le commerce, ou tout business générant des revenus conséquents. 

Cependant, cela ne signifie pas que l’on ne peut pas vivre décemment en tant que kinésithérapeute, tout en ayant un emploi du temps raisonnable

De nombreuses pistes d’amélioration de nos conditions existent et je vais en partager quelquesunes avec vous. N’étant pas nécessairement exhaustif, il serait intéressant que vous puissiez partager vos astuces dans les commentaires de cet article (en bas de page). 

Quelles sont les sources de démotivation dans notre profession ? 

  • le nombre d’heures de travail
  • les revenus
  • les chroniques
  • les collègues
  • la relation avec le médical

Non à la Kiné Rat Race

Pour répondre à toutes ces questions très spécifiques, un contenu très riche sera bientôt en ligne grâce à trois de nos collègues au sein d’une formation appelée « Stop Kiné Rat Race ». Cette formation apportera des solutions précises et concrètes à ces difficultés et bien d’autres encore. 

Pour ma partj’aimerais me concentrer sur le fond et en particulier sur les possibilités pratiquement illimitées que sont les nôtres ainsi que sur notre évolution personnelle. 

Tout d’abord, sur l’organisation de notre travail. 

Il est important de se poser et de définir nos objectifs précis, de les écrire et de les planifier. Sans cette démarche, le temps continue à passer sans que rien ne change dans notre vie. Et chaque semaine, en formation, j’entends les phrases suivantes : 

  • « Je n’ai pas le temps »
  • « Ce n’est pas possible dans mon cabinet »
  • « Ce n’est pas possible dans ma région »
  • « Je ne vois pas comment changer »
  • « Mon carnet de rendez-vous est plein »
  • « J’ai deux mois d’attente »

Etc.

Certes, mais quand allez-vous décider d’organiser les choses à votre convenance et non pas à celle des autres (patients ou collègues) ?

 

Je considère que notre métier est l’un des plus beau rôle que nous puissions avoir au sein de la société actuelle.

Vous le ferez quand vous aurez défini vos objectifs de vie et de travail et que vous les aurez couchés sur le papier, puis en aurez discuté avec vos collègues et vos proches. Pas avant ! 

Si vous ne le faites pas maintenant, il est probable que vous vous retrouviez à 50 ans dans la même situation qu’aujourd’hui. Peut-êtreest-ce votre cas ? 

Il n’est jamais trop tard pour avoir du plaisir à pratiquer notre profession. En fait, vous vous êtes probablement lancé tête baissée pendant toutes ces années pour répondre à la demande, sans prendre le temps de vous poser et de réfléchir à vos propres besoins. 

Il est temps de le faire. 

J’ai de nombreux exemples de collègues qui ont opéré ce changement et qui aujourd’hui vivent parfaitement épanouis dans les différents domaines de leur vie. Généralement, ils ont commencé par réorganiser leur vie professionnelle. 


Thierry Blain est formateur et fondateur de Kiné-Formations.

FORMATIONS :

  • D.E. kinésithérapie
  • Collège Ostéopathie ATMAN
  • IEATC : formation techniques thérapeutiques chinoises
  • GEPRO ostéopathie
  • Manipulations viscérales avancées : l’abdomen – Barral
  • Master Class “Nadia VOLF” : diagnostic auriculaire

EXPÉRIENCES :

  • Pratique libérale en cabinet
  • Intervenant auprès de la Fédération Française de Football en 2001, 2004-2006
  • Kinésithérapeute pour la sélection de foot sénégalaise – Coupe du monde 2002
  • Kinésithérapeute-ostéopathe pour le club de foot de Sedan ligue 1, ligue 2 depuis 2000
  • Formateur et directeur de Kinésport jusqu’en 2006
  • Directeur de la SARL Kiné Formations depuis 2006

INTERVENANT POUR LES FORMATIONS SUIVANTES :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement votre vidéo Formation

A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

You have Successfully Subscribed!

Défiler vers le haut