fbpx
Cas clinique 1 Franck Legall football

Football, lumbago et IRM à la signature : Cas Clinique n°1

Article écrit  le par Franck Legall, médecin de l’équipe de France de football.

Franck Le Gall, médecin de l’équipe de France de football. | OUEST-FRANCE/JÉROME FOUQUET
Franck Le Gall, médecin de l’équipe de France de football. | OUEST-FRANCE/JÉROME FOUQUET

En déplacement à Bordeaux le 28 Novembre 2020, juste avant l’échauffement, Ibrahim se fait un lumbago aigu l’empêchant de participer au match. Il n’a pas d’antécédent important au niveau lombaire. Il est mis sous Kétoprofène et paracétamol.

Le lendemain, il n’a aucune mobilité en antéflexion, latéroflexion et extension. Il n’y a pas de signes neurologiques, entre autres pas de Lasègue.

On met en place des soins kiné à base de massages décontracturants, d’un travail doux des mobilités, de chaleur locale et d’exercices en piscine Il voit notre ostéopathe.

Le bilan radiographique de début de saison retrouvait une diminution de la hauteur discale de L5-S1. L’examen clinique était en revanche strictement normal. Une IRM réalisée le 30/11 (voir cliché ci-contre) retrouve une discopathie sur les 3 derniers niveaux lombaires, plus marquée en L4-L5 et surtout L5-S1, siège d’une hernie discale majeure latéralisée à gauche. À J3, les mobilités reviennent, dans tous les plans. On démarre le vélo à raison de 15 à 20 min, sans résistance. On continue le travail sur table et en piscine. On avertit les préparateurs physiques qu’il faut stopper tous les exercices contraignants pour le rachis lombaire.  On envisage la reprise de la course le lendemain.

Le 2/12, à J4, l’examen clinique est presque normal. En plus des soins sur table (massages, travail des mobilités, étirements), il fait 2 fois 10 min de footing après un travail en salle d’éducatifs de course. Il termine en balnéothérapie. Le 3, il n’y a plus de SF, l’examen clinique est normal. Après 10 min d’échauffement, il fait 3 blocs de 6 min en 15-15 (box to box), puis 20 min de travail technique avec les techniciens. Le ressenti est très bon. Le 4/12, Ibrahim s’entraîne normalement avec le groupe et, le 5 (à J7), rentre en jeu 10 minutes contre Arles-Avignon. Les suites sont très bonnes.

Question posée, devrait-on pratiquer systématiquement une IRM du rachis lombaire à la signature ?

Nous n’avons pas réalisé d’IRM lombaire à la signature, simplement des radiographies standards qui ne retrouvaient qu’une diminution de la hauteur discale en L5-S1. L’examen clinique était très rassurant. Une IRM aurait-elle changé la donne ?

Il est commode ou raisonnable de penser que ses problèmes de discopathie ont un lien avec ses antécédents médicaux au genou (plastie ligamentaire en 2006, reprise en 2007, soit deux ans d’arrêt avec léger flexum résiduel), même si depuis deux ans il rejoue normalement au plus haut niveau en club et en sélection. La responsabilité des préparateurs physiques et de leurs exercices d’activation en salle (bondissements, squats, renforcement musculaire du tronc en rotation et flexion) est évidente. C’est en cela qu’un bilan complet à la signature aurait peut-être pu nous aider à prévenir cet épisode en mettant des contre-indications à la réalisation de certains exercices. Encore aurait-il fallu être entendu par la suite…

On a le droit de penser que la durée d’arrêt est très courte lorsque l’on voit les images IRM, sans doute le signe de l’ancienneté du problème et de sa bonne prise en charge globale par le joueur. On bannit tous les exercices agressifs en salle. Et on met en place une prise en charge quotidienne avec les kinés : mobilisations douces, étirements de toute la musculature lombo-pelvienne.

Sur la question de l’IRM systématique ou non à la signature, un confrère me répond ceci :

« C’est une très bonne question. J’ai actuellement un cas similaire avec un joueur sans ATCD apparent et qui a présenté un tableau de lumbago il y a maintenant 24 jours. Douleur en barre, mais discrète latéralisation des signes à gauche, sans élément en faveur d’une compression radiculaire. À l’IRM initiale, on retrouve une discopathie L5-S1 avec protrusion discale droite, sans signe en faveur d’une hernie discale avec des foramens bien libres. Il reprend progressivement avec le groupe, mais ressent une fatigue en fin de séance. J’ai de plus en plus l’impression qu’une IRM systématique du rachis lombaire peut être intéressante à la visite d’embauche, car il est très difficile de dépister quelque chose lorsque les joueurs ne sont pas symptomatiques (ce qui peut se faire plus aisément concernant la hanche, le genou et la cheville). Je conseillerais (quand c’est possible) une IRM du rachis lombaire permettant de sensibiliser les équipes et de mettre en place un programme préventif au long cours. Mais dépister une hernie discale ne doit pas forcément entraîner un refus de signature. Cela dépend du contexte. Cela peut cependant permettre également d’inclure des clauses au contrat. La question d’une infiltration se pose quand les symptômes durent depuis plus de 3 semaines et ont une tendance à se latéraliser. C’est ce que nous ferons à la fin de cette semaine si notre joueur n’est pas capable de reprendre à 100 % alors que nous serons à 4 semaines du symptôme initial. »

Et c’est ce qui a été fait, avec succès.

 

Une étude allemande sur 1110 athlètes âgés de 12 à 19 ans a tenté de déterminer les facteurs de risque de douleurs du dos chez le jeune footballeur. Les plus marquants sont le sexe féminin, l’âge, une pratique ancienne du football, le poste de gardien de but et, assez curieusement, la pratique sur terrain en herbe (1).


(1) – Haag TBMayer HMSchneider ASRumpf MCHandel MSchneider C. Risk assessment of back pain in youth soccer players. Res Sports Med, 2016, 24, 395-406.

 Crédit photo: FFF, Simon Morcel

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google
    Politique de confidentialité
    Conditions d'utilisation

    1 réflexion sur “Football, lumbago et IRM à la signature : Cas Clinique n°1”

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Panier

    Recevez gratuitement votre vidéo Formation

    A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

    You have Successfully Subscribed!

    Défiler vers le haut