fbpx

Kinésithérapie viscérale : mode d’action

Sur quoi s’appuie la kinésithérapie viscérale ?

Les effets de la Kinésithérapie Viscérale sur le corps sont multiples et s’appuient sur la physiologie du corps humain. À l’heure où la compréhension des implications du fonctionnement de l’intestin n’a jamais été aussi présente dans les publications, il semble donc évident que la mauvaise digestion soit à même d’avoir des répercussions sur le système ostéo-articulaire.

Le schéma ci-dessous vous explique en partie les raisons de cette inter-relation ventre / douleurs musculo-squelettiques.
Bien que l’ensemble des organes digestifs aient la capacité de générer des douleurs projetées (voir Netter et le système métamérique), l’intestin a une place particulièrement simple et évidente.

La plupart de nos patients ont un transit non physiologique avec un temps de passage des aliments dans le tube digestif bien trop long. Notre alimentation excessive, polluée, dénaturée et inadaptée la plupart du temps est à l’origine de nombreuses pathologies locales (digestives) ou générales (inflammations, troubles immunitaires, métaboliques, nerveuses…). Un de ces facteurs nous concerne plus particulièrement : l‘inflammation. Bien qu’il s’agisse d’un système de défense du corps, ce mécanisme ne peut être présent en permanence sous peine de dégradations importantes du système ostéo-articulaire et musculaire.

Sur quels systèmes agissons-nous et pourquoi ?

Le ralentissement du transit intestinal est à l’origines de multiples modifications métaboliques et mécaniques :

  • Modification du microbiote avec perturbations immunitaires
  • Déficit de fabrication de sérotonine
  • Inflamation de la paroi intestinale avec passage de déchets métaboliques dans le foie et l’ensemble du corps
  • Hyper-pression du caisson thoracoto-abdominal avec répercussions en bas sur le petit bassin. En haut sur le diaphragme avec ses répercussions sur la colonne lombaire, et les organes sus-diaphragmatiques. En arrière, pression sur la colonne vertébrale.
  • Modification de l’attitude posturale par compensations adaptatives progressives.

Voici juste quelques relations simples du ventre avec la structure de corps humain.

Voici quelques un des mécanismes que nous utilisons en kinésithérapie viscérale pour améliorer cette situation :

  • Par les techniques manuelles, nous favorisons la détente du péritoine, l’activation du péristaltisme intestinal donc le retour à un temps de passage des aliments dans le tube digestif plus physiologique.
  • Le traitement des cicatrices abdominales redonne une mobilité normale des organes auparavant ralentis pas des fibroses cicatricielles. L’un des meilleurs exemples est le traitement de la cicatrice d’appendicectomie générant une stase puis une inflammation du caecum. Cette zone inflammatoire générant souvent l’inflammation du psoas, donc des lombalgies.
  • La mobilisation abdominale soit locale, comme vu précédemment avec le caecum, soit globale favorise une circulation liquidienne et alimentaire améliorée.
  • L’ensemble de ces techniques manuelles ont pour action, l’activation du nerf vague à l’origine de la régulation du tube digestif (entre autre). Une de ses actions maintenant reconnues est sont pouvoir anti-inflammatoire. Aspect non négligeable dans cette zone du corps.

Cette liste de processus n’est pas exclusive mais permet de mieux comprendre les relations ventre / périphérie ainsi que le rôle du kinésithérapeute sur cette zone. Tous ces aspects et bien d’autres en core sont abordés dans la formation Kinésithérapie Viscérale de Thierry Blain

Thierry Blain

En savoir plus >>

 

 

 

Recevez gratuitement votre vidéo Formation

A la suite de votre inscription, vous serez redirigé sur la page de la formation en vidéo.

You have Successfully Subscribed!

Partager
Défiler vers le haut